Sandrine Depeau

Le réseau Cartotête a perdu dimanche 28 mai 2023 l’une de ses membres les plus actif.ve.s.

Sandrine Depeau, chercheuse au CNRS et basée à Rennes, a travaillé sur l’espace et ses représentations, en se concentrant notamment sur le rapport à la ville des enfants dès sa thèse de doctorat, réalisée à Paris Descartes dans le cadre du Laboratoire de Psychologie Environnementale.

Les recherches réalisées par Sandrine font partie du socle scientifique sur lequel s’est construit Cartotête. Sa participation aux activités du réseau remonte aux premières journées clermontoises en 2015, et ses es contributions ont fortement alimenté les échanges lors de nos rencontres successives. En 2017, elle a co-dirigé les actes des journées strasbourgeoises et elle faisait partie du comité scientifique des journées qui se dérouleront prochainement à Lyon cette année.

Au nom de l’ensemble du réseau, les éditeurs du carnet présentent leurs condoléances à sa famille, à ses proches et aux collègues qui étaient liés à elle tant professionnellement que personnellement.

Ci-dessous, nous rapportons l’avis de décès de l’Université de Rennes 2.

Avis de décès de Madame Sandrine Depeau (message de la part de la Présidence de l’Université de Rennes 2)
Le Président, le bureau de Direction et l’équipe de l’Unité Mixte de Recherche « Espaces et Sociétés » (ESO) ont la tristesse de vous faire part du décès brutal de Sandrine Depeau, survenu le 28 mai 2023, à l’âge de 52 ans.

Après des études en psychologie environnementale (Paris 5 Descartes), Sandrine Depeau a soutenu une thèse majeure « L’enfant en ville : autonomie de déplacement et accessibilité environnementale » sous la direction de Gabriel Moser en 2003. Recrutée en 2005 en tant que chargée de recherche CNRS à l’UMR ESO, sur le site rennais, elle a contribué à organiser et à nourrir un ensemble de travaux collectifs, en apportant ses compétences et connaissances en psychologie environnementale et en les mettant au service de toutes et tous. Elle a notamment structuré l’axe 2 « Parcours de vie et expériences des espaces » de l’UMR ESO lors des différents contrats quinquennaux. Elle a co-organisé dès 2014 une école thématique du CNRS pionnière sur les arts et sciences sociales en mouvement, faisant une large place aux narrations iconographiques et aux parcours in situ (MobHumaNip). Elle a participé activement à de nombreux projets de recherche portant sur les mobilités et sur les méthodologies pour recueillir des données de mobilité, les observer et les analyser (reMERci, VELOTACTIQUE, AStrollenDro, MOBITRACES). Elle a coordonné le projet ANR MOBI’KIDS sur le rôle des cultures éducatives urbaines dans l’évolution des mobilités quotidiennes et des contextes de vie des enfants, entre 2017 et 2022.

Elle est autrice et co-autrice de nombreuses publications, parmi les plus marquantes figurent trois ouvrages collectifs de référence :

Les enfants et les jeunes dans les espaces du quotidien
Se déplacer pour se situer : places en jeu, enjeux de classes
L’individu au risque de l’environnement 

Sa place de chercheuse a dépassé le cadre de l’UMR et de l’Université Rennes 2,  puisqu’elle est largement inscrite dans le paysage national et international des réseaux scientifiques : membre de différents groupes thématiques (International People-environment Studies -IAPS ; GDRI Ambiances ; GDRI Magis ; réseau mobilités spatiales, fluidités sociales -MSFS ; prospective nationale sur la recherche urbaine -PNRU/CNRS) et coordinatrice de plusieurs réseaux (le Réseau Thématique Pluridisciplinaire du CNRS autour des questions d’éducation -RTP Education ; l’association ARPENV ; le réseau international Child youth environnement).

Elle a participé activement à la vie institutionnelle en tant qu’élue au comité national du CNRS (section 39) entre 2008 et 2012.
Sandrine était très connue et appréciée de tous les membres du laboratoire, en particulier des étudiant·es en master du département de géographie et aménagement auprès desquels elle intervenait tous les ans. Elle a dirigé plusieurs thèses, a été membre de plusieurs jurys de thèse et de comité de suivi individuels. Auprès des doctorant·es, elle assurait un suivi impliqué et les conseillait notamment sur le plan méthodologique, jusqu’au bout de leur travail.Sandrine était un modèle en matière de savoir être dans le collectif : à l’écoute des autres, rayonnante, attentionnée. Son héritage réside aussi, dans le laboratoire, dans l’appétence qu’elle a transmis à ses collègues pour la beauté des choses et pour l’humour au quotidien.

Au nom de notre communauté, nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches. Nos pensées vont également à l’ensemble des collègues, étudiant·es et doctorant·es qui travaillaient au quotidien avec elle.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Kevin Clementi (2 juin 2023). Sandrine Depeau. Cartotête. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/maue


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search